Projet de Park Flyer

Contruction du P-51 Hacker Model

Par Yves Lemée

Construction du modèle

https://www.youtube.com/watch?v=iBssVvhghe8

Déballage de la boite

https://www.youtube.com/watch?v=lPAv3AJu_Zs

Vol du Mustang

https://www.youtube.com/watch?v=sLrrLFkfxmQ

Vol en groupe

https://youtu.be/tbYBT1f5DBs

 

J’ai décidé de construire ce modèle en le dotant du gouvernail de direction.

Pesons chacune des pièces de manière à obtenir un poids minimum pour le modèle.

Le fuselage pèse 33 grammes, les ailes 39 g, les empennages 7 g, le contrôleur 30 g, le moteur 40 g, les servos 10 g chacun soit 30 grammes, l’accus 82 g, l’hélice 10 g, le cône d’hélice 4 g, la verrière 11 g et les différents renforts 8 g. Soit un poids total du matériel de 294 grammes. Nous devons ajouter le poids de la colle de la quincaillerie et des différentes tringleries reliant les servos aux gouvernes.

 

J’ai commencé le montage de l’avion en collant les deux renforts de part et d’autre du fuselage tel que montré sur le film. Le moteur que nous avons acheté est prévu pour un montage arrière, différent de celui illustré sur le film. Comme la place du moteur est clairement définie dans l’avion nous pouvons en effectuer le montage tout de suite sans se poser de question sur la position du centre de gravité. Une fois le moteur installé, le montage de l’hélice se limite au serrage de l’écrou en forme de cône.

 

 

J’ai poursuivi en creusant des trous dans le fuselage pour y loger le récepteur et les servos de la profondeur et du gouvernail de direction. Tous les servos sont maintenus en place par deux ou trois gouttes de colle chaude. Un canal entre les deux trous permet le passage des câbles de servos. J’ai également inséré dans le corps du fuselage les tuyaux de plastique qui servent de guides aux tringles des gouvernes de l’empennage. Notons que les vis utilisées sur les dominos des servos sont un peu longues et risquent de causer une interférence avec le cockpit. Elles seraient avantageusement remplacées par des vis à six pans creux de 2,5 mm. L’antenne du récepteur est noyée dans un trou de 3 mm percé dans la partie avant du fuselage. Le récepteur lui même sera éventuellement partiellement recouvert mais pourra toutefois être démonté en le glissant vers l’arrière tel que montré ci-contre.

 

Les empennages ont été montés de la façon décrite tant sur le film que sur la notice de montage. Une seule différence, le film montre un gouvernail de direction fixe alors que j’ai choisi de le rendre fonctionnel.

 

En ce qui a trait à la voilure et comme indiqué sur le film, j’ai marqué les extrémités des renforts carbone sur l’intrados et l’extrados des ailes. J’ai effectué une coupe d’approximativement 3 mm de profondeur sur chacun des panneaux. J’ai monté et collé les guignols sur

 

l’intrados des ailerons avant de joindre les deux ailes. J’ai finalement inséré et collé les renforts carbone sur l’intrados et l’extrados de la voilure.

 

J’ai choisi de monter le servomoteur des ailerons comme indiqué sur le film plutôt que d’appliquer la méthode préconisée par la notice de montage. Le trou important supplémentaire que cette méthode implique risque d’affaiblir un fuselage déjà troué comme un gruyère Je suis conscient que le ventre de l’avion est particulièrement sollicité lors des atterrissages mais je crois possible de renforcer le radiateur de glycol (sur le vrai P51) au moyen de renforts carbone.

 

L’installation du contrôleur et du pack d’accus pose le problème de la dissimulation des fils ! Remarquons d’ailleurs que le petit film et la notice qui nous ont été fournis ne contiennent que peu ou pas de renseignements sur le sujet. Sam a particulièrement bien réussi à résoudre le problème sur son Mig et les fils entre le moteur et le contrôleur sont totalement dissimulés. Dans mon cas, les fils vont rester apparents mais je les ai raccourcis pour réussir à en cacher le plus possible dans le fuselage. Pour tenter d’équilibrer le poids et la trainée

aérodynamique, les fils entre le moteur et le contrôleur sortent à droite alors que les fils entre le contrôleur et l’accus sortent à gauche et se rejoignent sous le fuselage. Le câble entre le contrôleur et le récepteur court dans une saignée entre le fuselage et l’aile pour remonter verticalement au niveau du récepteur. Pour éviter de percer des trous d’un diamètre suffisant pour laisser passer le connecteur, j’ai démonté celui-ci et le câble passe facilement dans un trou de quatre mm. J’ai appliqué le même procédé au câble du servo d’ailerons qui traverse verticalement le fuselage pour rejoindre le récepteur.

 

Enfin la mise en croix !... Je colle l’aile sur le fuselage et constate que l’avion a plutôt bonne mine. J’installe la verrière et vérifie que les servos du cockpit fonctionnent normalement et sans interférence. Je reconstruit la prise d’air du radiateur de glycol et effectue quelques réglages (je coupe … je ponce et je triche un peu) pour que le servo des ailerons puisse fonctionner normalement. L’addition d’un petit morceau de balsa augmente la rigidité de l’ensemble et je compte solidifier le tout grâce à un petit morceau de carbone que j’ai l’intention d’aller mendier chez Peter !...

 

Notre appareil pèse maintenant 230 grammes et son centre de gravité est nettement trop en avant. Suspendu par un fil attaché à l’endroit préconisé pour la position du centre de gravité (60 mm derrière le bord d’attaque à la jonction avec le fuselage) il nous suffit de poser l’accu sur l’aile à un endroit qui rectifie l’assiette de l’appareil ; nous marquons la position sur le fuselage et retournons à notre cutter.

 

Les coupes ont été exécutées, l’accu inséré à sa place, la position du centre de gravité contrôlée, le mouvement des gouvernes vérifiés. Une dernière inspection confirme que le modèle est prêt à subir un test de portée suivi d’un premier vol si la météo le permet.

 

 

Commentaires (2)

PeterB
  • 1. PeterB | 21/04/2016
Yves,
you have worked hard on this and it looks great. If you need any carbon give me a call and I can bring my tube on Sunday - or tomorrow if you want to meet at Langeaux in the morning?

Peter
zerorc
  • 2. zerorc | 21/04/2016
Bon travail yves .
Vous devez être connecté pour poster un commentaire